jeudi 2 septembre 2010

QUELQUES PHOTOS du Capitaine BARATIER, le bras droit de Marchand

Lorsqu'il est engagé dans la mission Marchand, Baratier est déjà un africain accompli qui a servi aux spahis soudanais.
Durant l'expédition, il est le plus souvent envoyé en avant garde pour reconnaître le chemin à prendre et effectuer les relevés hydrographiques nécessaires pour le passage du Faidherbe à travers le Congo et jusqu'au Nîl. Il reconnaît notamment la région du Bahr el Ghazal, vaste étendue marécageuse parcourue par des rivières sans courants aux chenaux variables et inombrables. La traversée en est très éprouvante comme il l'a raconté dans ses souvenirs : "On avançait - avec quelle énervante lenteur - dans un horrible mélange de vase, de racines et de feuilles de roseaux, de nénuphars, de bois mort, de poissons pourris, d'antilopes crevées ; dans une macédoine de rats, de serpents , de mille-pattes et de fourmis. Parfois une alerte : bousculée ou même crevée par un hippopotame affolé, c'est une embarcation qui manque de chavirer. Les nuits on s'entasse sans fermer l'oeil dans les baleinières : pas de terre ferme pour camper. Et, sans trêve, c'est le supplice des affreux moustiques qui tourbillonnent en épais nuages"
C'est Baratier, homme de confiance de Marchand, qui quitte Fachoda en octobre pour apporter au Caire les dépêches adressées au gouvernement français et qui va chercher à Paris les instructions officielles ordonnant à la mission d'évacuer le poste et de renter par l'Abyssinie.
De retour en France, il poursuit une carrière dans la cavalerie metropolitaine, et participe à la guerre de 14 comme général commandant une division de cavalerie. Il est mort pour la France le 17/10/1917.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire